vendredi 16 décembre 2016

Où commence mon rêve et où finit ma vie

Où commence mon rêve et où finit ma vie
Quelles sont les bornes de ma lâche existence
Me faut-il pleurer et mourir sans préavis
Ou imaginer vivre avec cette souffrance

L'Allégorie ratée d'un amour inventé
Se perd dans les couloirs insensés de mon âme
J'avais un parfum d'espoir Il s'est éventé
Dans les méandres de mon noir cerveau infâme

Les jours s'épuisent un à un au fil du coeur
Comme autant de soupirs ou de lamentations
Dans la bouche sèche salée et sans rancoeur
De condamné que je suis à ma délation

C'est une vague à rebours dont l'écume blanche
Seraient mes sentiments L'eau polit mes passions
Comme autant de galets au sein d'une avalanche
Pour me reconstruire il me faut la création