vendredi 27 janvier 2017

La Chose : Acte II


ACTE II
_____________


Décor :
______

Sur la table se trouve une bouteille de whisky. Sinon même décor. La corbeille à papier est débordante de papiers noircis ( au sens figuré ou propre ).

Personnages :
____________


- Charles
- Méphistophélès
- Charlotte


Scène I


( Charles est seul face à son bureau, en train d'écrire sur une feuille du même type que celles dans la corbeille, noires. Puis exaspéré, il la jette après l'avoir froissée. )

Charles - Ah non! Non! Non! Non! Non et non! C'est toujours la même chose. Des mots, des mots! Toujours des mots mais pas d'idées! Ah, mais qu'ai je donc qui ne tourne pas rond? Que me manque t'il?

( Il se lève, prend le whisky sur la table, va pour se servir un verre et renonce. )

Ce n'est pas ça qui va m'aider! Il vaut mieux que je garde l'esprit clair! Aah! Que puis je faire? J'ai un certain talent stylistique, je l'avoue, mais je n'ai aucune idée. Je pourrais rendre passionnant, tenez! l'annuaire téléphonique! On me donnerait une recette de cuisine, ma foi, j'en ferais une ode! Voire même, et pourquoi pas, un opéra! Ah Ah Ah!

(Il se verse finalement un verre mais ne le boit pas. Il hésitera souvent à l'ingurgiter. )

Je l'appellerai... "Le Poulet Basquaise ou le Mariage de Figaro revu et corrige à l'aide d'un poulet et d'une tomate". ( même jeu )
Avec dans les rôles principaux, un flic et un pompier homo! NON! Noon! Je n'ai pas encore bu que je suis déjà saoul! Aah là là! Quelle honte! ( Silence ) Ha! Je pourrais aussi prendre un précis de mathématiques! Pourquoi pas? J'en ferai un roman feuilleton, voire même, un feuilleton télévisé. Mieux encore, un film grandiose avec dans le rôle du rond, un de ces acteurs fats, bedonnant à force de trop manger. ( même jeu )
Bah, finalement! A quoi bon vouloir garder mes neurones dans leur état normal! Mon délire ne peut pas être pire. Alors, un délice pour mon délire! Un! Pour la deux! Ou pour la trois! Hop, cul sec!

( Il boit d'un trait. )

Brrr! ( frisson alcoolisé )

Scène II

( Méphistophélès, voix d'outre-tombe mais liquide, légèrement saoul, arrivant par la chambre. )

Méphistophélès - Alors! Qu'est ce qui ne va pas?
Charles - Hein? Quoi? Qu'est ce?
Méphistophélès - Je répète? Qu'est ce qui ne va pas?
Charles - C'est encore toi? Enfin, vous? La voix?
Méphistophélès - Et bien oui, quoi? C'est moi!
Charles - Métispho...Euh...Méphtiso...Aaah!

( Il se sert un verre.)

Méphistophélès - Méphistophé... ( Lent et interrompu )
Charles - Ouais! Méphistoméphès! Hé! Hé!

( Ivre, il boit le verre.)

Méphistophélès - Ah très drôle! Très drôle! ( colère )
Mais dis moi plutôt que de m'asperger de ton humour gluant, pourquoi tu gémis ainsi.
Charles - Pourquoi? Pourquoi?
Méphistophélès - Et bien, oui... ? Pourquoi? ( Surpris )
Charles - Ha! Pour avoir un style, ah ça, j'ai un style! Et quel style! Mais il me manque les idées... ( Il se sert. )
Méphistophélès - Les idées?
Charles - Et oui! Les idées! J'suis comme une bouteille de whisky qu'j'aurais vidée!
Méphistophélès - J'aurais du le prévoir.
Charles - Hé! Mais d'où vous? D'où vous? Aaah! D'où sors tu cette fois?
( Il boit. )
Méphistophélès - De l'alcool.
Charles - Du whisky? ( Désignant la bouteille )
Méphistophélès - Oui, celui que tu ingurgites.
Charles - ( Il contemple son verre.) Ah, oh! Je vois! Hi hi! J'ai bu
Méphistomé...
Méphistophélès - ( l'interrompant ) Bon, ça va! Pff! Quelle idée aussi, me mettre dans ce breuvage mal distillé!
Charles - ( Il se sert. ) Pas si mal distillé que ça!
Méphistophélès - Bon, revenons en à notre propos! Tu te plains d'être dépourvue d'esprit.
Charles - Vide comme une bouteille de whisky...
Méphistophélès - Mouais, que tu aurais, parmi d'autres, sifflée. Soit! Alors, que veux tu comme idée?
Charles - Ben... Hi Hi! Je n'en ai pas la moindre, d'idée, justement! ( Il boit. )
Méphistophélès - Ah ah! Subtil! ( A part ) Quel idiot!
( Retour ) Bon, écoutes! Voilà quelques exemples pour t'aider: veux tu... de pensées politiques?
Charles - Pourquoi pas? Un nouveau Hugo?
Méphistophélès - ( A part ) Oh non, quelle catastrophe ce serait! J'en ai soupé de Démocratie! ( Retour ) Bon, la philosophie alors: la Vérité, l'Existence, le Bonheur, l'Homme...
Charles - Ouais. Un nouveau Sartre! ( Il se sert. )
Méphistophélès - Non, très mauvaise idée! ( A part ) Il les convaincrait du bonheur de vivre! ( Retour ) Voyons! Le romantisme: l'Amour, la Vie, la Solitude...
Charles - Ah ouais! Génial! Ca, ça me plairait assez!
Méphistophélès - Ben voilà! Enfin, c'est pas trop tôt. Tu auras donc le génie amoureux.
Charles - C'est tout?
Méphistophélès - Quoi encore?
Charles - Je pourrais pas avoir, en prime, une petite histoire d'amour avec?

( Il boit.)

Méphistophélès - Et puis quoi encore? Tu veux pas que je couche avec toi, non plus?
Charles - Oh non, t'es déjà bien assez familier comme ça en fréquentant mes viscères. ( Il se sert.)
Méphistophélès - Pfff! Je perds mon temps. Il est bourré. Complètement paf! Décidément, l'alcool était un très mauvais choix.
Charles - Pas si... Hip! ( Hoquet )
Méphistophélès - Bon, moi, j'en ai marre... Je me dissous...
Charles - Ah non, je veux l'amour...Je veux l'amour!...Je l'veux!... Je l'veux!
( Colère alcoolique, il boit.)
Méphistophélès - Eh! Te secoues pas comme ça! Oublies pas que je tangue avec toi, dans ton ventre! Arrête, enfin! Ca me donne envie de...

( Il suivra les mouvements ondulatoires de Charles. )

Charles - ( Relent ) Peuh, ce serait plutôt moi qu'aurais envie de dégueuler!
Méphistophélès - Ah, quelle horreur! O.K.! O.K.! Tu l'auras ton amour! Fais moi confiance! Pour avoir, tu l'auras! ( A part )
Autant discuter avec un sourd!
Charles -

( En se versant un dernier verre et caressant affectueusement Méphistophélès )

Oh, il est gentil finalement! C'est un bon petit diable!
Méphistophélès - Pas de familiarité, veux tu! On n'a pas descendu les anges ensemble, que je sache! Et bois donc ce maudit dernier verre de whisky frelaté qu'on en finisse! J'en ai assez de te supporter!
Charles - Je ne vous permets pas!
Méphistophélès - Ta gueule et bois!
Charles - ( Il boit. ) Hi Hi! Gueule de bois!

( Il reste un instant debout, droit. Puis il fonce aux toilettes, une main sur le ventre, l'autre sur sa bouche. Méphistophélès l'accompagne en le soutenant par les épaules. La pièce s'assombrit, Charles ferme la porte des W-C. d'où la lumière disparaît complètement de la scène. Méphistophélès peut ainsi partir sans être vu. Charles ressort en tirant la chasse, un mouchoir à la main. La lumière, un spot, le suit dans ses déplacements. Il se dirige vers le bureau, prend une feuille, un stylo puis revient sur le devant de la scène. Il commence à écrire, sans parole, assis sur une chaise qu'il aura ramené sur le devant de la scène. Le rideau s'affaisse derrière lui. Pendant ce temps, changement de décors. Côté atelier, une statue et un portrait de femme, pouvant être grossier, représentant la même femme. La corbeille sera vidée. Sur le bureau, un tas de papier représentant les oeuvres déjà transcrites. Léger désordre créatif, la table aura été poussée voire même enlevée, un sofa se tenant à sa place, dos au public. Charlotte y sera allongée, invisible des spectateurs. )

Scène III

( Au fur et à mesure, Charles peut commencer son rôle. Il semblera absorbé. Il compte sur ses doigts. )

Hmm Hmm Hmm.

( Il relève la tête, songeur, 3/4 public, sourire et se remet à écrire. )

Oui, oui, tout à fait! Bien! Bien. Hmm Hmm Hmm. Voilà! Oui, voilà. Bien! C'est fini. Ah oui! C'est l'un des plus beaux! Non! Il s'agit là certainement du meilleur!

( Il le relit. )

Oui, oui! Ah, il est parfait! Ah ah, depuis cette cuite mémorable, je me sens une âme de Cupidon, Hé Hé!

( Il se lève, en portant la feuille. Le rideau doit alors se lever, la pièce étant éclairée. Il peut alors déambuler sur la scène. )

Ah j'aime! J'aime! Je vais essayer de le clamer, pour voir!

( Il se racle la gorge. Le reste doit être assez ironique. Sérieux pour Charles mais pour le spectateur, au second degré, plutôt drôle, voire ennuyeux, lourd, emphatique. )

Hm! Hm!
" Athéna, mon amour, ma vie,
O splendeur parmi les splendeurs,
Gardienne de mon coeur ravi,
Beauté unique, rose en fleur, "
Ah, ça commence divinement! D'autant plus qu'il s'agit là d'une déesse. Ah, c'est beau. C'est beau! Mais, continuons!

( Il se réabsorbe. )

Hm! Hm!
" Sans toi, mon corps tremble d'ennui,
Avec toi, il tremble de joie,
Mon âme et mon coeur sont unis
De même au plus profond de moi. "
C'est émouvant, cet amour. Ah, j'en ai une larme qui coule.

( Il mime la larme du bout du doigt. Même jeu )

Je vais finir par croire à quelque sensiblerie de ma part! Mais c'est ça, l'art! Hm! Hm!
" Tu es ma Reine! D'un baiser
Tu as conquis toutes mes terres.
Ta flamme m'a tout consumé. "
Quelle amazone! Quelle Athena! Quelle femme! ( même jeu )
" Je voudrais encore brûler
De ce feu plus doux que l'Enfer.
Tout dépend de toi, mon aimée. "
Ah! Et là, quelle chute! L'attente! L'attente de l'aimée! C'est si fort, si puissant, si nouveau!

( extase d'un moment )

Ah, mais là où cela devient incroyablement superbe, c'est que ce n'est pas terminé!

( légère impatience dans le public, même jeu )

" Je suis fou, fou allié d'amour. "
Fabuleux! Splendide! ( même jeu )
" Avec toi, nuit me semble jour, "
La perte de tout repère! Ah, quel amour! Quelle passion!

( même jeu )

" Et je désire plus que tout ( pause )
Que tu règnes sur moi toujours! " ( extase )
Ah, c'est vraiment parfait! Jamais je n'aurais été capable de cela auparavant! C'est si frais! Si fort! Si... Ah! Quelle chance j'ai eue de touver ce bon petit diable! Ah oui! Quelle veine! Bon, c'est vrai qu'il est un peu bizarre! Mais au moins il tient ses promesses. Enfin, pour ce qui est de l'amour... Je ne vois toujours rien venir!

( Il regarde à nouveau la feuille. )

Ahh... " Et je désire plus que tout
Que tu règnes sur moi toujours!... "
Peut-être suis je trop impatient?

Scène IV


( Du sofa, se redresse Charlotte, splendide, belle mais muette tout au long :de cette scène mais très expressive. )

Charles - Que? Qu'est-ce encore?

( Elle se lève et s'avance vers lui, démarche de la femme fatale. )

Heu, mademoiselle, je ne vous ai pas vu entrer? Comment... Comment êtes vous...

( Il recule et elle continue d'avancer vers lui. )...entrée?

Mais, mademoiselle? Madame? Que voulez vous? Que?
( même jeu )
Je ne comprend pas. Je... Expliquez vous?

( Cette fois, il la contourne, dos au public, elle face à la salle. Il pourra! voir ainsi la ressemblance avec ses oeuvres picturales. )

Enfin, mademoiselle! Justifiez vous! Je... ( même jeu )
Mais qu'est ce qui m'arrive? ( Il voit la ressemblance. )
Ah, ça alors! Est-ce possible?

( Il va vers ses oeuvres et la compare. même jeu )

Ah ça! Ah ça! Mais c'est vous! Là! Là! C'est vous que j'ai peinte! Que j'ai sculptée! Enfin, je veux dire...

( Gêné car la statue est nue. )

Je ne peux évidemment pas comparer la plastique de votre corps avec celui-ci qui est dévêtu, mais... elle vous ressemble tellement!

( Elle avance toujours vers lui, mais il ne recule plus. )

Ah ça! Vous... Vous êtes si belle! Si... Si merveilleuse! Si...Si belle! Oh! parlez, je vous en prie! Dites quelque chose! Euh... Mais...

( Il perd ses mots. )
Quel est votre nom? Que faites vous dans la vie? Quel âge avez vous? Etes vous seule? Où habitez vous? Vous voulez peut être vous asseoir? Vous... Vous ne pouvez pas parler...

( A un pas de lui, immobile, adoptant la même pose que la statue, le même sourire que le portrait. Lui est hypnotisé. Il s'approche de la statue, caresse son visage tout en regardant celui de Charlotte. )

Vous... Vous... Oh, permettez! Permettez que je vous déclare ma flamme!

( Elle ne bouge pas, il met un genou à terre. Elle le regarde émue. )

Je vous trouve... si belle! Je vous ai rêvée, voyez! Sans même vous connaître, je vous ai peinte. Je vis à l'instant le plus beau rêve de ma vie! C'est si grand! Si incroyable! Ah, permettez! Permettez que je vous dévoile ici mes sentiments! Je... Je vous aime... Je sais, c'est un peu rapide. Mais, après tout, je vous connais depuis longtemps.

(Indiquant les oeuvres. )

Je... Je...

( Il reprend son papier qu'il avait déposé sur le bureau. )

Attendez! Je... Attendez! J'ai écrit quelque chose...
Voilà! " Je suis fou, fou allié d'amour.
Avec... Avec vous, nuit me semble jour,
Et je désire plus que tout
Que... Que vous régnez sur moi toujours! "

( Air béat. Elle lui caresse les cheveux, lui tient le menton, le relève et
l'embrasse. Lui se laisse conduire, béat. )

Ah, c'est magnifique! C'est... gigantesque!... Un enchantement!... Un ravissement!... C'est divin!

Scène V


Charlotte - Non, c'est diabolique.
Charles - Oh! Vous parlez! Vous parlez! Oh! Et moi qui vous croyez muette comme... comme toutes ces autres femmes...

( désignant les oeuvres )

Charlotte - Je l’étais jusqu'à ce que je vous embrasse.
Charles - Merveilleux! Merveilleux! Mais pourquoi dites vous diabolique?
Charlotte - Ne vous rappelez vous pas la promesse du Prince Noir?
Charles - Le...Le Prince Noir? Vous voulez dire...que c'est lui qui vous envoie?
Charlotte - Pas tout à fait... Disons que je suis sa matière et vous, mon créateur.
Charles - Je ne comprend pas. Je...
Charlotte - Cette sculpture, cette peinture et ces poèmes, tout cela, c'est moi. Vous m'avez créée. Je suis née de votre imagination, de vos désirs, de votre âme.
Charles - Vous voulez dire que... tout cela, c'est vous! La moindre ligne, le moindre coup de pinceau, le moindre coup de burin, c'est vous?
Charlotte - Exactement!
Charles - Votre corps, votre coeur, tout?
Charlotte - Oui et vos lèvres pour ma voix.
Charles - Incroyable! Incroyable! Mais vous êtes si... si parfaite?
Charlotte - Relativement à vous, forcement, puisque je suis votre idéal.
Charles - Ah ça! Ah ça! C'est incroyable! Incroyable!
Charlotte - Me permettrez vous maintenant de répondre à vos primitives questions?
Charles - Mes primitives...? Mais faites! Faites donc!... Mais de quelles questions...? Je suis un peu perdu...
Charlotte - Mon nom, tout d'abord. Je me nomme Charlotte.
Charles - Merveilleux! Charlotte!? Merveilleux! Charlotte... Aahh!

( Il se pâme. )

Charlotte - Dans la vie, je suis vous, votre reflet, votre double ou votre moitié, comme vous le désirez.
Charles - Ma moitié... Que c'est beau!
Charlotte - Mon âge? Il est indélicat et même indiscret de demander cela à une femme. Néanmoins, je vous mettrai sur la piste. Je ne suis pas plus vieille que vous et je ne suis pas née à l'instant, non plus. Et ce, malgré le peu de temps qui viennent de s'écoulé pour ma conception...
Charles - Conception...? Cela me rappelle quelque chose... une histoire... Oui, à Bethléem, bien sûr!
Charlotte - Cela a un rapport mais beaucoup trop éloigné pour que l'on s'y attarde. Et vous n'êtes d'ailleurs ni Joseph ni une femme.
Charles - Juste! Très juste!
Charlotte - Bien, la suite! Non, je ne suis pas seule puisque je vous ai vous, comme vous m'avez, moi.
Charles - Oh, c'est vrai? Vous voudriez dire qu'il serait possible que... Que vous m'aimassiez? ( Silence )
Charlotte - M'aimez vous?
Charles - Oui! Oui, je vous aime!
Charlotte - Et bien, il en va de même pour moi, par conséquent.
Charles - Ah, je fond. Je fond! Je suis aux anges!
Charlotte - N'exagérons pas, je vous prie! ( légèrement froissée )
Charles - Euh... Je voulais dire que les flammes de l'Enfer me lèchent, et c'est un délice!
Charlotte - Vous êtes bon!
Charles - Oh, Charlotte...
Charlotte - Quand à l'endroit où j'habite, mais chez vous bien sûr! Enfin, ...
Charles - Oui?
Charlotte - Si je veux m'asseoir? J'aimerais bien, oui! Je n'en peux plus d'être debout depuis ce jour où vous m'avez faites ainsi.

(Désignant la statue)

Charles - Mais je vous en prie! Je vous en prie!

( Lui désignant la chaise et la lui présentant. )

Charlotte - Prier? Pourquoi voulez vous me prier? On ne prie que l'autre!
Charles - Non... C'est une expression... qui veut dire... Que je suis ravi de vous donner une chaise.

( Elle s'assoit, rassurée. )

Ca peut également vouloir dire: Je suis votre obligé! Mais il s'agit là d'un tout autre contexte.
Charlotte - Obligé? Obligé de quoi?
Charles - Non, euh... Obligé... Euh... votre dévoué...
Charlotte - Dévoué?
Charles - Ah, c'est trop compliqué! Laissez! Laissez!

( Elle reste interloquée puis elle regarde autour d'elle. Silence )

Charlotte - Dites moi, vous ne faites pas souvent le ménage, ici!
Charles - Oh, c'est un peu en désordre mais d'habitude, c'est beaucoup plus soigné.
Charlotte - Je l'espère. Je n'aime pas ce qui n'est pas rangé.
( Silence )
Charles - Vous êtes si belle!
Charlotte - Vous êtes gentil! D'ailleurs, vous n'êtes pas trop mal non plus, à bien y regarder. Encore que vous ne sembliez pas rase de très près... à ce que je vois...
Charles - ( En se passant la main sur le menton ) Oh! Je... J'y vais tout de suite. Ne partez pas surtout!
Charlotte - Où voudriez vous que j'aille? Et puis, je suis bien ici.

( Il fonce très gai vers la salle d'eau. Pendant ce temps, elle se lève et regarde de plus près la peinture et la sculpture. Il revient, bien rasé cette fois, peigné et tout et tout! Il pousse comme un chant victorieux.)

Charles - Ta la! Me revoilà!

( Elle lui sourit et regarde à nouveau les oeuvres. )

Elles vous plaisent?
Charlotte - Cela ne me déplaît pas.
Charles - Elle vous ressemble énormément.
Charlotte - Evidemment! C'est moi!
Charles - Ah oui! C'est vrai! J'oubliais! Je suis un peu perturbé, vous comprenez?... Ainsi donc, je vous ai faite?
Charlotte - C'est exact.
Charles - Vous êtes alors un peu, excusez moi du terme. Vous êtes un peu ma... enfin... ma chose. ( Tout bas )
Charlotte - Votre chose? On ne peut pas dire que cela soit très flatteur pour moi, mais le mot convient, effectivement!
Charles - O loin de moi l'idée de vous offenser!
Charlotte - Je sais! Je sais! Allons, ne vous inquiétez pas! Je vous aime puisque vous m'aimez... Vous m'aimez?
Charles - Oh oui, je vous aime!
Charlotte - Alors venez plutôt ici, près de moi, tout contre moi, cueillir les fleurs de l'art, au lieu de rester ainsi, si intellectuel, si cérébral...

( De plus en plus douce et désirable )

Charles - Vous avez raison! Tellement raison!

( Il se précipite vers elle, s'arrête à un pas, et la prend dans ses bras, fougueux. Elle est nettement moins fougueuse que lui. Il s'écarte un peu gêné. )

Oh, excusez ma fougue! C'est que... mon amour est si gigantesque! Je...
Charlotte - C'est normal!
Charles - Laissez moi le temps de retrouvez un peu mon calme, et je serai alors le meilleur amant que vous n'ayez jamais connu!
Charlotte - Mais avant vous, je n'en ai jamais connu un seul!
Charles - Oui, bien sûr!... Ah, je... Je vous aime!
Charlotte - Vous vous répétez!
Charles - Oh, ne m'en veuillez pas! Je vais...

( En disant ces mots, il va à son bureau. )

Tenez! Je vais trouver quelque chose de nouveau, de beau, de merveilleux! Je le ferai rien que pour vous. Vous verrez!...

( Il prend une feuille et écrit. Elle le suit, pose sa main sur son épaule lorsqu'il écrit. )

Vous verrez!
Charlotte - C'est cela, nous verrons!
Charles - Ah! Je vous aime, Charlotte!



( D'un geste de la main, elle l'invite à reprendre son travail tout en lui signifiant la réception de sa déclaration d'amour. Il se remet à écrire, elle regardant par dessus son épaule. Rideau. )