mardi 24 janvier 2017

L'avenir, ces secondes qui seront bientôt oubliées

L'avenir, ces secondes qui seront bientôt oubliées
Les bourgeons qui seront bientôt de la pourriture
Les premiers cris en oraisons funèbres
Pourquoi se projeter alors que nous finirions par les dépasser
Il est plus facile de fixer ses pieds qu'affronter l'azur
Les yeux souffrent dans la lumière mais s'habituent aux ténèbres

Pourquoi s'occuper de futur quand nous n'en avons pas fini avec le passé
Nous ne souhaitons pas vivre isolé
Et pourtant nous construisons des murs

Idéaux et sentiments, virtuel sans réalité
Foulards de beauté devant glisser face à cette laideur du monde
Lunettes de pénombre pour éviter la nihilation
Autant de superflu sans utilité
Dans un univers où la solitude est féconde
Et où la seule préoccupation est l'auto satisfaction

Imprimer la page