vendredi 27 janvier 2017

Le Héros Perdu : ACTE I

ACTE I

L'action se passe à une époque indéfinie, proche de l'antiquité. Le Héros a un peu moins de 30 ans. La scène ici se passe dans le palais. Il y a une grande porte à deux battants sur la gauche, l'entrée du palais. Derrière cette porte des marches amenant au palais ( et donc plus à gauche. ). A l'opposé, une autre porte plus petite, à ses côtés, le trône: deux sièges, un grand et un petit. Seul le grand, celui du roi, sera utilisé. Entre le trône et la grande porte, la pièce est vide. Celle-ci est dallée. Quelques piliers peuvent l'orner tout autour. Enfin, une autre porte, celle des gardes, vers le fond de la scène, près de la grande porte. C'est le matin.


SCENE I

Le Héros monte les marches du palais. Il a l'air perdu, désespéré. Il appelle le garde en haut de l'escalier.



Le Héros: Hé! Mon brave! Dites moi où je puis trouver
La Mort?
1 Garde : La Mort? Pourquoi voulez-vous l'approcher?
Le Héros: J'aimerais converser avec cette personne...
1 Garde : Etranger, pensez-vous qu'il suffise qu'on sonne
Pour que sa Seigneurie arrive et vous accueille?
Le Héros: Non, bien sûr! Mais en se présentant à son seuil,
Mandant une entrevue, j'aurais satisfaction.
1 Garde : De quel droit?
Le Héros: Pour entrer dans votre profession!
1 Garde : Vous voulez vous joindre à nous! Il fallait le dire...
Bougez pas! Je vais voir.
Le Héros: Je ne vais pas partir!

SCENE II

Le garde entre dans le palais. La Mort est en train de parler avec un autre garde. Elle est entrée par la porte du trône. En voyant le garde entrer, elle s'en rapproche en finissant de donner ses ordres.


La Mort : Bien! Tu n'oublies pas mes consignes. Pas de sang!
Je ne veux pas créer de remous ni de vent!
Et tachez de savoir quel coup tordu prépare
Sylvain de son coté!
2 Garde : A vos ordres!
La Mort : Va! Pars!
Qu'y a t'il?
1 Garde : Un homme voudrait vous rencontrer.
La Mort : Un homme? Quel homme?
1 Garde : Il s'agit d'un étranger
Désirant entrer sous votre commandement.
La Mort : Un malandrin?
1 Garde : Plutôt gentilhomme rêvant
D'action et de hauts faits!
La Mort : Comment est il?
1 Garde : A vif!
La Mort : Bien! Amène-le moi, que j'inspecte ses griffes!
1 Garde : Tout de suite! ( Le garde sort à la porte. )
Venez! Voilà votre entrevue!
Le Héros: Merci bien!

( Le héros rentre seul dans le palais. )

La Mort : Bel homme! Que je n'ai jamais vu!
Il semble athlétique et jeune! Il me servira!
Le tout est de trouver quel sera notre appât.
Je me présente, La Mort.
Le Héros: Je n'ai plus de nom...
La Mort : Cela ne fait rien car ici nous le changeons!
Je suis puissante ici. J'ai une armée d'élite?
Le Héros: Moi, je suis sans titre...
La Mort : Tu n'es pas un bélître?
Le Héros: Point du tout mais j'ai tout perdu!
La Mort : Moi, La Mort,
Je peux, si tu veux, améliorer ton sort...

( Le Héros devient mélancolique, désintéressé. )

Le Héros: Oh... Vous savez, mon sort...
La Mort : Non, je ne le sais pas...

( Le Héros est si perdu dans ses pensées que La Mort en sourit. Il parle et regarde tout à coup La Mort qui semble se moquer de lui. )

Le Héros: Mon sort... Mon triste sort... Jamais coeur n'a... Ah ça!
Quel est ce sourire, La Mort que vous tenez,
Me fixant ainsi?
La Mort : Freine ton emporté!
Ne présume pas trop de ta sécurité!
Ton arrivée ne te vaut pas l'immunité.
Prend garde à toi! Pèse bien chaque mot avant
D'ouvrir la bouche! Ne soit pas trop impudent
En osant me héler, sevré de tout péril!
Le Héros: Non pas! Et je ne veux pas de votre furie!
Mais votre mimique m'a prime interpellé
Par sa façon moqueuse et vos yeux maquillés.
La Mort : Il est vrai, mon regard fut vraiment amusé:
Ta drôle d'allure, ton air embarrassé...
Le Héros: Embarrassé, en quoi?
La Mort : Je ne sais, moi!
Le Héros Parlez!:
La Mort : Peut-être as tu connu un rendez-vous manqué;
Rendez-vous d'amour où Venus t'a fait défaut?
Le Héros: Mais je ne vous permets pas...
La Mort : Tout doux, louveteau!
Tout doux! N'oublie pas à qui tu parles, mortel!
Le Héros: Je ne l'oublie pas, mais l'honneur ici s'en mêle!
La Mort : L'honneur! L'honneur! Sais tu seulement ce que c'est?
L'honneur est à double tranchant, bon ou mauvais!
Le Héros: Et alors! Si son plus beau cote pour me plaire
Est de crever, ainsi, la face contre terre!
Mais ma dignité bien dressée, là vers le ciel,
Toute flamboyante!
La Mort : Cesse cette Kyrielle!
Méfies toi! Tu pourrais me donner des idées!
Le Héros: Qu'elles viennent donc! Je ne suis pas effrayé!
La Mort : Ta fin ne t'effraie pas?
Le Héros: Au contraire, je l'aime!
Chaque jour que je vis, je rêve qu'elle vienne.
Il ne m'est plus douce pensée que celle-ci.
Je vis, pourtant je ne souhaite que mourir.
La Mort : Et pourquoi ce beau corps, comment cette âme fine
Ont ils bien pu permettre un si sombre désir?
Le Héros: C'est que le monde des hommes est bien trop pauvre.
Je ne saurais oser prétendre que les autres
N'ont pas d'amour. Hélas! Aucune n'a le baume
Qui soignerait mon coeur, m'offrant son toit de chaume,
Qui saurait mes larmes sécher!... Voilà, martyre,
Quelle est l'origine de mon trouble et mon ire...
La Mort : Par dépit, tu es prêt à mourir maintenant
Et ici? Quel sombre destin! N'être l'amant
D'aucune maîtresse et donc pester pour cela
Contre le monde entier qui ne s'en soucie pas!
Le Héros: Non, vous continuez à vous moquez de moi!
La Mort : Si c'est l'amour que tu cherches, n'y compte pas!
Cupidon ne fait pas partie de ma cohorte!
Le Héros: Je le sais bien. Mon voeu est de toute autre sorte.
La Mort : Tu désires grossir le nombre de mes troupes.
Le Héros: Oui et sur le cheval Pégase aller en croupe!
La Mort : On ne commande pas La Mort!
Le Héros: Non pas! Un voeu!
Une quête! Un souhait! J'en suis très désireux
La Mort : Non... J'ai d'autres projets pour toi. Et ta présence...
Le Héros: Mais...
La Mort : Si tu réussis, viendra ta récompense!
Mais j'ai besoin de toi ici, voilà pourquoi
Je vais y réfléchir. Tu peux compter sur moi
Pour...

( En parlant, ils se sont rapprochés du trône. La Mort interrompt sa phrase car apparaît Sylvain en haut des marches... )

Mais je dois partir car j'aperçois quelqu'un
Qui me rappelle une réunion...
Le Héros: Qui?
La Mort : Sylvain!
Le Héros: Mais, et moi? Que fais je?
La Mort : Tu n'as qu'à là m'attendre!
Je ne serais pa longue à revenir.
Le Héros: Attendre...
La Mort : (Enervé car impatiente )
Quoi! Tu ne saurais pas patienter un moment!
Crois tu que je suis serviteur de tous manants?
Le Héros: Non, non! Je ne voulais pas...
La Mort : Je sais! Alors attends!
Le Héros: Je ne bougerez pas d'ici!

(La Mort s'en va.)

( en direction de La Mort ) Mais que...

SCENE III

La Mort sort par la porte derrière le trône. Sylvain se rapproche du Héros.


Sylvain : Bon vent!
Et bien! Est elle si pressée pour s'échapper,
Ou ne veut elle pas ici me rencontrer?
On aurait dit qu'elle venait d'apercevoir
L'Immortalité, son pire ennemi qui soit.
Le Héros: Je ne sais. A ta vue, un autre rendez vous
Lui fut remémoré...
Sylvain : Ha ha! Que tu es fou!
Elle a peur!
Le Héros: Mais de quoi? Elle ne risque rien!
Sylvain : Que tu crois! Moi, je lui rappelle son destin.
Le Héros: Comment cela?
Sylvain : Non, ne cherche pas!
Le Héros: Mais enfin?
Sylvain : Fais-moi confiance et ne lui accorde rien.
Elle est attirante de loin pour nous, manants,
Mais la Camarde perd sa beauté sur l'instant.
Le Héros: Sur l'instant?
Sylvain : Celui où les parfums de la vie
Ne sont plus inspirés, laissant place à l'air vil
De notre pourriture intériorisée,
Le vide s'emparant de la vitalité!
Le Héros: Encor faut-il pouvoir se trouver quelque attrait
A cette senteur là, solitaire!
Sylvain : C'est vrai!
Mais aurais tu passé un contrat avec elle?
Le Héros: Le souhait d'entrer dans sa garde personnelle!
Sylvain : Y a t'elle dit oui?
Le Héros: Pas encore, elle y pense!
Sylvain : Faites qu'elle l'oublie ou que toujours balance
Son esprit pour ce choix!
Le Héros: Mais pourquoi s'il est mien?
Sylvain : Non! Ton rôle n'est pas celui-ci. Ton destin?
S auver tout un peuple d'un geste sage et sourd!
Le Héros: Que me chantes tu là?
Sylvain : La Vérité, toujours!
Le Héros: La vérité?
Sylvain : Mais oui!
Le Héros: Que non! Ta vérité!
Partir loin au combat, ça, c'est ma destiné!
Sylvain : Tu es jeune, oui! Tu ne sais rien du monde!
Le Héros: Et que faut-il que je sache?
Sylvain : La Beauté Blonde!
Le Héros: Quoi?!
Sylvain : Ce qui ici bas a vraiment de valeurs!
La Femme! L'Amour! De la Lune, la pâleur!
Le Héros: Idiotie que cela!
Sylvain : Oui, pour qui ne la sait
Apprécier, elle n'a pas un seul attrait!
Mais pour qui la connaît, alors elle devient
Bien suffisante pour justifier des liens.
Le Héros: Comment cela?
Sylvain : Plus tard... Tu le sauras plus tard!
J'anticipe trop.
Le Héros: Mais...
Sylvain : Si tu vaincs le hasard,
Peut être connaîtras tu la félicité...
Le Héros: Mais...
Sylvain : Non! Assez!
Le Héros: Mais...
Sylvain : Non, j'ai déjà trop parlé!
Le Héros: Mais...
Sylvain : Tais toi, maintenant!
Le Héros: Mais!
Sylvain : Il faut réfléchir!
Le Héros: Mais...
Sylvain : Savoir comment te présenter!
Le Héros: Mais?
Sylvain : Mugir,
Sais tu le faire aussi?
Le Héros: Pardon?
Sylvain : Enfin un son!
Je croyais m'adresser à un bouc sans raison.
Le Héros: Je... ( énervé )
Sylvain : Non, non, arrêtons là! Tachons d'être court!
Car maintenant il nous faut penser à la cour.
Le Héros: La cour? Laquelle?
Sylvain : Enfin, le royaume de l'art,
L'empire de Beauté, partout et nulle part,
Au fin fond de notre âme, entre l'indispensable
Et le futile, entre le rêve et l'impensable...
Bon, continuons donc cette répétition.
Le Héros: Quoi?
Sylvain : Savoir te présenter!
Le Héros: A quelle intention?
Sylvain : Oh, mais tu es pénible à la fin! Il nous faut
Bien convenir de ta place au sein des vassaux.
Le Héros: Vassaux!?
Sylvain : Tu ne penses pas devenir un roi!?
Le Héros: Je ne crois pas...
Sylvain : Tu seras un sujet de choix...
Voilà ton rang fixé! Un bel et grand héros!
Le Héros: Ah?
Sylvain : Allez, je m'en vais!
Le Héros: Quoi? C'est tout! Plus un mot?
Sylvain : Que veux tu d'autres?
Le Héros: Quel sera mon nom?
Sylvain : Ton nom?
Le Héros: Il faut bien que j'en ai un!
Sylvain : Nous te connaissons!
Le Héros: Mais comment m'appelleront ils? "Eh! Toi! Eh! Oh!" ?
Sylvain : Bon! Nous te nommerons, voyons voir... Tiens, Héros!
Maintenant, laisse moi partir! J'ai mes travaux! (partant)
Le Héros: Héros? C'est un nom, ça?
Sylvain : Il n'est pas assez beau?
Le Héros: Si, si! Mais...
Sylvain : Puisqu'il te plait, Héros, il est tien!
Allez, au revoir, Héros!
Le Héros: Au revoir, Sylvain...
Héros! Drôle de nom! Le porterai-je bien?
Quand même, étrange choix que celui de Sylvain!
J'ai la forte impression d'être manipulé
Par ces gens. Je n'ai plus aucune volonté!
Devient-on un héros parce qu'on le désire?
Ou parce qu'autrement, on n'a pas pu agir?...
Comment vais je pouvoir ce tournant négocier?
J'étais désespéré, me voici chevalier!
Je ne sais plus très bien où j'en suis, qui je suis.
Qui est ce Sylvain? Je ne sais las! rien de lui!

SCENE V

Le Héros repart dans ses pensées, silencieux, tout pendant que la Mort, Capital et Avarice rentrent par la porte du trône. Le Héros se tient près de la grande porte. Un garde apporte divers cadeaux tout pendant la discussion. Capital et sa fille ne voient rien. Le garde lui parle mais on n'entend rien.


La Mort : Vous verrez, grand Seigneur, que cet homme de main
Va nous être utile pour nos projets communs.
Capital : Ah oui? Et quels sont ces projets?
La Mort : Vous le savez,
Seigneur Capital...
Capital : ( Il s'assoit sur le trône. ) Non, je n'entends rien. Parlez!
La Mort : Ne faites pas l'idiot!
Capital : Quoi?!
La Mort : Vous savez très bien!
Avarice : Oh! C'est une honte! Vous ne répondez rien?
Vous mériteriez...
La Mort : Oui, je mériterais... ?
Avarice : Vous...
Capital : Allons! Allons! Elle s'est emportée, c'est tout.
La Mort : Qu'elle ne s'avise plus de me menacer!
Avarice : Mais enfin, père...
Capital : Avarice, il faut vous calmer...
La Mort : Ecoutez le, ma chère Avarice!
Avarice : Si fait!
Je ne puis supporter cela!
Capital : Oh!
Avarice : Je m'en vais!


SCENE VI


Avarice sort en colère par la porte du trône.






Capital : Avarice?
La Mort : Laissez, laissez! C'est mieux ainsi!
Capital : Bon... Vous disiez, oui? ( Un peu précieux. )
La Mort : Cessez cette idiotie!
Nous avons à parler d'un sujet sérieux.
Le sort de votre empire en est très soucieux.
Capital : Je vous écoute donc.
La Mort : Cher Capital, jugez!
Cet homme va, à jamais, nous débarrasser
De tous nos ennemis, et surtout de la Reine.
Capital : Princesse!
La Mort : Reine si le peuple se soulève!
Capital : Reine! Reine! Jamais! Reine! Reine!
La Mort : Du calme!
Je veille sur votre majesté, Capital...
Capital : Mais ce bonhomme?
La Mort : Il va tuer notre Princesse.
Ainsi, vous aviez des ennuis? Ils disparaissent...
Capital : Ah, voilà qui est bien! Mais présentez le moi...
La Mort : Bien, Seigneur. Viens que je te présente à la Loi!

( Le Héros s'approche. )

Le Maître en ses lieux, sa Majesté Capital!

( Le Héros s'incline. )

Majesté, voici... (apparté) Mais vous n'avez toujours pas
De nom?
Le Héros: Si, si! Héros est mon nom...
La Mort : Un sujet...
(apparté) Héros?
Le Héros: Oui, pourquoi?
La Mort : Non... Non... Qui vous la donné?
Le Héros: Et bien, c'est ... ( interrompu )
Capital : Qu'y a t'il? Je suis là!
La Mort : ( cessant les appartés et confuses) Oui! Bien sûr!
Majesté! Voici le ... Héros!
Capital : ( à La Mort ) Vous êtes sûre?

( La Mort écarte les bras en signe de surprise.)

Le Héros: Je suis très honoré. J'apprécie vos cadeaux,
Majesté!
Capital : Quels cadeaux? Qu'as tu fait dans mon dos?
La Mort : Majesté! Capital! Ce ne sont que présents
Pour rendre le Héros de vous reconnaissant...
Capital : Ah! Oh, je vois! Bien sûr! J'avais, eh!, oublié...
La Mort : C'est que sa Majesté a beaucoup à penser...
Le Héros: J'en suis persuadé. Mais est ce que fêter
Mon arrivée...
Capital : Une fête? Tu veux me ruiner?!
La Mort : Mais oui!
Capital : Quoi?!
La Mort : Mais non!
Capital : Hein?
La Mort : Seigneur, réfléchissez!
Capital : Que je réfléchisse quand vous dilapidez
Tout mon or?
La Mort : Quelques pièces...
Capital : Mes pauvres deniers!
Est-ce nécessaire que de tant dépenser ?
La Mort : Mais oui, il faut bien divertir notre invité...
Capital : Et ressent il quelque plaisir à cet objet?
Le Héros: Oh, vous savez...
La Mort : Si, bien sûr!
Le Héros: Etes vous vraiment sûre?
La Mort : Mais oui!
Le Héros: Ce n'est pas la peine...
Capital : Ah, quel homme pur!
La Mort : Il faut fêter!
Capital : Enfin, mais puisqu'il n'en veut pas!
La Mort : Il faut...
Capital : Vraiment?
La Mort : Bien sûr!
Capital : Mais...
La Mort : Je n'en doute pas!
Il n'en emboîtera que beaucoup mieux le pas!
Il nous faut l'intégrer.
Capital : La fête se fera, ...
S'il le faut...

SCENE VII

Avarice revient, toujours furieuse, puis se calme à la vue du Héros.


Avarice : Alors père, oh! Qui est ce bel homme?
Capital : C'est le Héros!
Avarice : Ah?
Le Héros: ( s'inclinant ) Oui.
Capital : Moi, je vais faire un somme.
Toutes ces émotions m'ont fatigué. La Mort?
La Mort : Oui?
Capital : Veillez à ne pas dépenser tout notre or!
La Mort : Bien sûr!
Avarice : Notre or?
Capital : C'est son idée! ( Il sort. )
Avarice : Ah?
La Mort : Une fête!
Avarice : En quel honneur?
La Mort : Le sien!
Avarice : Il faut que je m'apprête
Pour que goûte à ma beauté ce digne invité.
Digne? L'est-il?
La Mort : Il l'est! Il va être nommé
A un poste élevé dans notre corps de garde!
Avarice : Un garde?
La Mort : Général, plutôt!
Avarice : Le plus haut grade!
Le Héros: C'est trop d'honneur que vous me faites!
La Mort : Mérité!
Vous le méritez car vous savez commander!
Avarice : Bien! Bien que tout cela! Alors nous nous verrons
Ce soir à la fête. Nous vous y attendrons!
Je cours dans ma chambre choisir mes beaux habits.
La Mort : Veux tu en attendant visiter le pays?
Viens je vais te montrer nos sites magnifiques.
Le Héros: Soit! De votre ville, allons donc voir sa plastique!


Fin du premier acte.

Imprimer la page