vendredi 27 janvier 2017

Nature

Les doux cheveux roux de la nature d'automne
Me rendent bien triste parfois, mais surtout seul.
Je me rends alors compte du peu d'amis, seul!
Comme cette feuille, je tomberai, moi, homme.

Personne ne verra mon absence au chapitre.
Je tomberai et je pourrirai, oublié!
C'est ce qu'appelle le monde, la destinée.
Pour les autres, je suis et resterai un pitre.

Les nuages me rappellent de doux visages,
Un qui m'est si cher, Aphrodite dans l'oubli.
Je ne sais rien d'elle, si douce et si jolie.
Mais hélas, pour elle, je ne suis qu'un virage.

Alors qu'elle tourne, je continue tout droit
Sans voir devant moi ce gouffre ou cette falaise
Qui est à l'origine de tous mes malaises,
Un signe de la fin qui approche pour moi!

Quelle est la nature de ce piège mortel?
Je l'ignore et ne le saurai que bien trop tard.
Connaissant mes délais, j'admire autour de moi

La nature hélas roussie mais éternelle!