dimanche 19 février 2017

Désert sentimental

L'amour est triste et gris, un silence inhumain.
Rien ne lui ressemble, il parait insondable.
Sujet des tragédies et toujours si soudain,
La mort le suit partout, compagnon misérable !

Si le silence sourd s'immisce, sans espoir,
Entre deux amoureux perdus dans leur passion,
Alors fatalité s'unit au désespoir,
Laissant écorchés vifs ces êtres d'exceptions.

Cette monotonie mentale en leurs regards
Sonne le glas mortel du feu incandescent.
L'incendie de l'amour, après ces grands ébats,
Ne trouve plus matière à demeurer ardent !

Les forêts secrètes une fois consumées,
N'offrent plus les attraits que l'on imaginait.
L'amour d'un jour s'éteint, s'envolant en fumée,
Le rêve cédant sa place aux larmes, aux regrets.

Le plus pur sentiment que l'on puisse éprouver,
Est taché de douleurs. Il respire un parfum
D'abandons et de pleurs, sinistre, ensanglanté...
Le poète, pourtant, le croit de sang divin.

À t'il tort ou raison ; nul ne saura jamais !
Mais lui, de tout son cœur, s'accroche à cette idée...

Imprimer la page