jeudi 16 février 2017

La valse humaine tourbillonnent partout

La valse humaine tourbillonnent partout
Où chacun joue son rôle avec sa cavalière
Les us et coutumes, ses clins d'œil et ses paupières
Entraînent un monde dans un rituel fou

Sauvage ou hermite, ne comprends pas le sens
De ce grand maelström de non-dits  et faux semblants
Ils profitent de mon empathie , me parlant
Si je peux les aider et leur rendre confiance

Mais ne peux inverser ce processus humain
Par peur de les blesser, de leur faire porter
Un poids que moi-même je peine à supporter
Alors mon cœur se tait, un sourire affiché

Cette danse dont je ne maîtrise les pas
Je m'en écarte et reste assis seul sur mon banc
J'ai deux vies divisées côté court en servant
Côté jardin amant ne trouvant plus de bras

Et je perds ma raison brulant ses fondations
Cette valse isole mes passions, mon noyau
L'équilibre est perdu, au sol comme un nigaud
Pourtant je veux vivre malgré ma désertion

Imprimer la page