samedi 18 février 2017

Les ailes du désir

Les ailes du désir sont si insignifiantes
Comparées aux envols que l'amour me propose
Ces ailes-la vides de sens sont terrifiantes
Car elles conduisent à ma propre névrose

Alors que cet amour bien qu'irréel, existe
Et porte mon âme vers des cieux inconscients
Où ma raison survit, reste unie et subsiste
Dans un océan de douleurs, presque prescient

Le désir est soudain, fulgurant et fragile
L'amour est lui constant, solide et permanent
Le désir est violent, destructeur et si vil
Tandis que l'amour est un don pour l'amant

Mais le désir sait se satisfaire d'instant
Isolé, égoïste, plus facile à combler
L'amour quant à lui ne vit pas l'isolement
Il requière un autre pour réciprocité

Imprimer la page