vendredi 26 mai 2017

L'arbre s'élève

L'arbre s'élève, années après années, fécond
Ses racines loin dans la terre si fertile
Il puise sa force, son courage fragile
Dans ses fondations si subtiles, sa passion

O, il ne pousse pas droit, parfois tortueux
Il ne grandit pas vite, à peine perceptible
Pas bien haut, mais tout seul, pas bien beau, mais sensible
Ses feuilles absorbe le Soleil vertueux

Le vent le balaye, bruissement de ses branches
Et l'homme assis sous son ombre majestueuse
Profite, mélodie naturelle et heureuse
De cet instant de calme, enveloppant ses hanches

L'homme entraperçoit les rayons du Soleil
Jeux de lumière ornés de cent colorations
Du vert au gris, du rouge au brun, la création
De cet arbre résonne en lui, une merveille

L'homme aussi puise ses forces dans cette vie
Ses pieds ancrés au sol, sa raison affutée
Ses passions envoutées et son âme apaisée
Sa gorge est nouée mais son silence est écrit

Il n'est pas droit, parfait, il n'accomplit pas tout
Il se trompe parfois mais tend vers l'idéal
A force de rêver, s'approche des étoiles
Le calme de cet arbre emporte ses remous