lundi 5 juin 2017

Automatique : L'ivresse des sentiments contradictoires

L'ivresse des sentiments contradictoires fait remonter le flux
De ma rivière dans son lit abandonné de toutes formes de vie
Le bonheur d'aimer, la perte de l'être aimé à jamais
La haine perçue, les mensonges, les allitérations des visions contre moi

L'eau de ma rivière est un torrent d'où aucun poisson
Ne peut survivre
L'eau de mes pleurs, acides, se mélange à son flux, poison
Ne peut sourire

La montagne que j'essaye de construire est rongée par son courant
Elle creuse un ravin de pressions mentales sur mes fondations
Au sommet, la neige éternelle me réconforte et calme mon esprit
A genoux, les mains posées en méditation, j'observe le temps
Il fuit, le Soleil et la Lune s'enchaînant l'un à l'autre

Mon isolement n'est pas une grotte d'un hermitte
Je vis et souffre
Mon isolement est un espace ouvert aux vents froids
Je vois mon gouffre

Le lac, au fond de la vallée, reflète le paysage, déformé
Ses remous sont toujours fréquents et sa surface ravagée
Je mets toute mon énergie pour rester stable et serein
Aimer et pardonner, vivre et exister, malgré la solitude

Mon esprit tendu vers le ciel, mon cœur suspendu à ce fil
Mais qui me comprend
Mon âme accrochée à la Terre, puisant sa force tellurique
Mais qui m'entend

Le Soleil réchauffe mon cœur via des amitiés multiples
Moi qui ai toujours eu si peu d'amis véritables
La Lune calme mon âme et lui apprend la sagesse
Même si le chemin est difficile et longe des ravins de détresses

Mes enfants sont mon avenir, mais les verrais-je assez
Pour participer au leur
Mes enfants sont mon univers, je voudrais les aider
Voir fleurir leurs fleurs

Ma flamme intérieure vacille mais je la maintiens précieusement
L'espoir ne peut pas s'éteindre, je dois me défendre mais pas me battre
Non violent, mais pas passif, je ne tendrais pas la joue droite
Mais je ne prendrais pas les armes, trop de respect pour la vie

Pourquoi suis-je donc condamné à cette thébaïde
Je veux faire mieux chaque jour, gavroche
Pourquoi suis-je donc incompris, inentendu malgré mes efforts
Moi qui ne veux que le bien de mes proches

Imprimer la page