mardi 20 juin 2017

Et il ne reste rien, que ma solitude, que ma solitude

Le vide se forme comme l'eau rentrant dans mes poumons
Je me noie dans cet océan en colère
Je bois mon chagrin, mes espoirs, mes rêves
Et il ne reste rien, tout est dilué, dissolue

Le vide se forme comme le feu qui brûle dans mon cœur
Je ne survis plus dans cet amoureux enfer
Je crame chacune de mes émotions, de mes cris
Et ile ne reste rien, à part cette petite fiole de suies

Le vide se forme comme la terre qui étouffe ma vue
Je ne vois plus rien, enseveli dans mes pleurs amers
Je ne peux plus bouger mon corps, entravé
Et il ne reste rien, tout est dévoré par les vers

Le vide se forme comme l'air qui disperse mes cendres
Je suis léger dans ces nuages gris et fiers
Je ne suis plus, je n'ai plus d'existence ni de temps
Et il ne reste rien, que ma solitude, que ma solitude