samedi 24 juin 2017

Les miaous du Samouraï

Un samouraï péchait au bord d'une rivière
Il attrapa un beau poisson et prépara
Le feu pour le cuire quand un chat s'emparât
Du festin espéré, courroux du guerrier fier

En un coup de sabre, le chat en fut occis
Mais le samouraï s'en voulait et entendait
Partout les "miaous", les oiseaux et la forêt
Les enfants et le sol, tous ses jours et ses nuits

Il demanda à un moine de le sauver
Ce moine lui dit : "Vous êtes un grand guerrier
Et vous n'arrivez pas un miaou à renier !
Vous ne méritez plus de vivre tel damné !"

Il lui ordonna le Sepuku et d'offrir
Son assistance pour abréger ses souffrances
En lui tranchant la tête au moment, délivrance,
En respect de l'homme qu'il fut, son souvenir

Le samouraï se mit à genoux, valeureux
Reconnaissant envers ce moine et sa pitié
Il ouvrit sa veste, tira sa lame acier
Il l'approcha de lui, résolu, lumineux

Le moine demanda : "Les miaous sont-ils là ?"
Le guerrier répondit : "Oh non ! Pas maintenant !"
Le moine en s'éloignant : "Alors s'ils sont absents,
Nul besoin de mourir!" Sa voie s'illumina !

Imprimer la page