lundi 7 août 2017

La rose n'a plus ses senteurs d'antan

La rose n'a plus ses senteurs d'antan parfaites
Elle est figée en stase, étouffant sa splendeur
Ses épines dures sont toujours de douleurs
Et ses pétales sont des reflets de défaites

Mon amour est vivant, mais ne peut s'exprimer
La rose enfermée dans son mausolée de nacre
N'est plus accessible que par mes élégiaques
Et mes yeux ne savent que pleurer, se fermer

Mon âme se construit un nouvel idéal
Un univers où mon esprit se libérant
De ses peurs, ses émois, telle l'eau s'écoulant
Dans ma rivière azur, colonne vertébrale

L'impermanence se mêle à ma persistance
Mon égo existe mais n'est plus mon vecteur
Je ne me renferme pas, m'ouvrant aux lecteurs
J'existe enfin en moi, nouvelle résilience