jeudi 26 avril 2018

Un corps sans lien

L'amour n'est pas une histoire qui finit mal
C'est une tragédie où certains sont comédiens
Où certains ne savent pas qu'il s'agit que d'un bal
Où la maison détruite abrite un corps sans lien

L'amour n'est pas une envolée lyrique aux sons enivrants
C'est une série de silences plus intenses qu'un tambour
Où les sons sont des mots plus durs que l'âme, gisant
Allongé sur son tombeau vivant sans aucun recours

L'amour n'est pas un tableau féerique aux milles couleurs
C'est une nature morte aux teintes de noirs multiples
Où les ombres sont des fantômes de douleurs
Où le clair obscur laisse place à un paysage inaudible

L'amour n'est pas un moment partagé, un chemin doré
C'est un désert noyé sous la méditerranée qui coule
Emportant avec elle l'esquif d'un marin évaporé
Dans ses brumes, s'éloignant de la vie, de la foule

L'amour n'est pas un instantané, un temps T qui s'enfuit
C'est une éternité qui ronge le corps comme un cancer
Ce n'est pas une maladie, juste un Soleil à minuit
Un hivers en été, des mots doux saccagés en enfer

L'amour existe mais n'a pas de chair, un désespoir
Entretenu par des phrases qui résonnent devant une falaise
Le pas prochain sera-t-il le dernier, après la préhistoire
Les écrits d'un sang coagulé sur les murs, la Javanaise


Imprimer la page