vendredi 3 février 2017

Bien que le poète perçoive autant les nimbes

Bien que le poète perçoive autant les nimbes
De ce monde que les lourds nimbus de la vie,
Il n'en demeure pas moins atteint de myopie,
D'une cécité qui le plonge dans les limbes

Et c'est alors un homme ivre, déambulant
Dans les rues, errant de réverbères en ponts,
De ponts en cafés, de cafés en kiosques ronds,
Que vous découvrirez, poète sans allant.

Ses mots seront autant de clameurs fabuleuses,
D'hymnes à la beauté, de quêtes d'idéal!
Pour autant, son verbe sera très inégal,
Fluet, sans intérêt, sa voix semblant curieuse.

Sa sensibilité démesurée viendra
Agrémenter toutes ses œuvres de peintures
Des plus superbes. Ce poète à piètre allure,
Aux humeurs des proches, ne s'attardera pas.

C'est pourquoi, avant de lui dresser quelque gloire
Ou quelque statue, vous devriez le dresser
Pour ce monde réel. N'allez plus aggraver

Son cas clamant sa schizophrénie notoire.

Imprimer la page