mercredi 1 février 2017

La Galère

La vie, sombre vaisseau qui tangue aux petits soins
Des vents d'humeurs et des marées sentimentales,
Ne sait plus à quel chef, mieux, à quel Amiral
Elle doit s'empresser de quérir son cap témoin.

Son sillage hasardeux se perd en labyrinthes
Sur les cartes. A chaque escale sur les cales,
Elle n'en finit pas de se sentir bancale.
Mais elle repart sur les flots grâce à l'Absinthe.

Vermoulue, usée et même souillée, la proue
Demeure néanmoins toujours dressée, si fière
D'être arrivée, pas à bon port, mais jusqu'à hier.
Son pont ridé ne veut pas voir son dernier trou.

Son sablier depuis longtemps déjà avait
Oublié d'écouler ses grains par trop usés.
Les effets des années ne se sont pas stoppés
Pour autant. L'illusion lui accorde un délai.

Alors vague que vague et vogue la galère !
Qu'importe le drapeau hissé ou les rameurs,

La fine bouche n'est que pour les armateurs !

Tant qu'elle surnage, on est loin de la misère !