jeudi 2 février 2017

Le chien gémit, abandonné,

Le chien gémit, abandonné,
Ses plaies n'intéressent personne.
Il est là, seul, désespéré.
Le sang coule et les tempes cognent.

Il fut nourri, aimé, choyé,
Tenu en laisse et promené.
Pauvre bougre, il obéissait
Dans l'espoir qu'il fusse gardé.

Mais au bout d'une longue route,
Essoufflé de suivre en aveugle,
Malgré ses efforts, il dégoûte.

Et sa souffrance, oui, il la gueule.

Imprimer la page