mercredi 10 mai 2017

La rivière coule au fond de cette vallée

La rivière coule au fond de cette vallée
C'est un bruissement tel le vent dans les feuillages
Arbres centenaires, la nature sans âge
L'eau pure poursuit sont chemin sans s'arrêter

La vie est partout, se faufilant dans ces courants
Rien ne peut abimer cet espace idéal
Si ce n'est les sombres pensées de ce rival
Ou ce qu'il croit être, l'homme sans lendemain

Assis au bord de l'eau, un autre, là, contemple
Ce tableau idyllique en lequel il se plonge
Il ne s'attache pas à ses tristes songes
Ses idéaux en phase avec ce lieu, ce temple

Vivre l'instant présent plutôt que le passé
Suivre cet avenir à l'image du flux
Sans interruption, sans haine, son âme nue
Le pardon est plus fort, l'amour non limité

Il n'oublie pas mails il poursuit son long chemin
Lors que l'autre reste prisonnier de sa rage
Impuissant à prendre le contrôle des pages
Qui restent à écrire où l'espoir est défunt

Le second n'est pas un sage, non plus parfait
Mais il vit son rêve, refusant tout excès
Quel exemple suivre ? Chacun ses choix, de fait
Le mien, tenter de le suivre encrée dans mes traits