samedi 6 mai 2017

Vautours, aigles, démons, je me bats

Vautours, aigles, démons tournent autour de moi
Ils attendent pour me saisir quelques faux pas
Qu'importe le nombre ; je me bats, je me bats
Et lorsque la Lune me voit, je me déploie

Chapeau sur la tête, le crayon dans la main
Mes lignes s'envolent loin de leurs noirs regards
Les rimes s'enchainent pour ceux-là sans égard
Les vers se prolongent, espoir d'un lendemain

Je n'ai pas une épée mais de l'encre pour arme
Non violence ne veut pas dire résigné
Chaque mot est un coup, contre leurs cris, porté
Je rejette la haine et préfère le charme

Une vie sans regret, non des remords pesants
Des amis limités en nombre mais réels
Qu'une flottille de biens pensants infidèles
Croire en l'autre, ce qu'il est, non ce qu'il prétend

Vautours, aigles, démons, vous pouvez là tourner
IL faudra bien qu'un jour vous vous reposiez
Abandonnant l'œil froid toujours me surveiller
Je me bats, je me bats, jusqu'au bout, pour rêver


Imprimer la page