vendredi 2 juin 2017

Cimetière des éléphants

Ma peur la plus profonde est qu'un jour la violence
De l'être aimée, noyée, submergée dans la haine
Explose contre moi, me blessant, la souffrance
ET moi sans réagir, prenant les coups, la peine

Me défendre ? Jamais, je pourrais la blesser
Jamais je ne pourrais me pardonner, je l'aime
Et même si ma vie se trouvait en danger
Si sous ses coups je dois mourir, devenu blême

Au portes de l'Enfer, je lui pardonnerais
Mon sang pour mes larmes, je n'éviterais rien
Effondré à terre, je me relèverais
Non par défit, mais pour m'isoler sans soutient

Tel au cimetière des éléphants, caché
Disparaître à sa vue, partir en dignité
Pour éviter ce sort, paix et sérénité
Sont mes mantras pour nous, chaque jour et nuité

En désaccord ne veut pas dire le conflit
Je défends l'intérêt de mes enfants chéris
Non, je ne cherche pas la lutte ou le mépris
Mon amour pour Roxane à jamais l'interdit