vendredi 11 août 2017

Automatique : l'oiseau bleu

L'oiseau bleu s'est envolé, parti vers des terres lointaines
Je l'ai regardé partir, ne cherchant pas à le retenir
Il avait l'impression d'être en cage, enfermé
Alors que je prônais sa liberté et son libre arbitre

Mais l'oiseau bleu s'était enfoncé dans le silence
Son chant merveilleux ne résonnait plus dans nos murs
Il n'exprimait plus rien, si ce n'est l'absence
Et pourtant j'essayais de lui parler, de l'aimer

L'oiseau bleu s'est envolé, parti vers des terres lointaines
J'ai pleuré et pleure encore son départ, à jamais
Je ne veux pas le rechercher, il a pris sa décision
Je l'ai protégé autant que j'ai pu, je lui ai appris à voguer

Mais l'oiseau bleu s'était restreint dans ses mouvements
Ses voyages aériens n'étaient plus que du maraudage
Il ne voyait plus la lumière de la vie, de l'amour
Et pourtant je l'ai soutenu à bout de bras, sur les rives de mon cœur

L'oiseau bleu s'est envolé, parti vers des terres lointaines
Je l'aimais, je l'aime et je l'aimerais encore, jusqu'à la fin de mon chemin
Je suis heureux qu'il est pu se libérer, retrouver son chant, sa grâce
Même si pour cela, il aura fallu que je sois abattu à sa place

Imprimer la page