samedi 30 septembre 2017

La rivière demeure

Voyager sans bouger, sans penser et sans voir
Un être en mouvement, assis et immobile
Rivière s'écoulant avec un lâcher prise
Ego, joies, bonheurs et pensées flottant le soir

Telles des feuilles à la surface irisante
Ne faisant que passer, elles s'évanouissent
Dans le cours de mon temps, instants qui m'éblouissent
Et s'effacent, laissant vérité évidente

La pensée non pensée, l'eau toujours différente
La rivière demeure immuable et vivante
L'instant présent est mien sans l'humeur angoissante
Le passé s'est enfui, l'avenir peut attendre

A cette rivière peuvent venir les vies
S'abreuver sans profit, don de moi infini
Chacune décidant de son chemin, amis
Aucun conseil, aucun ordre, juste l'envie

Ni modèle, ni maître, un humain parmi tous
Entier, mais non soumis à son égo, aux codes
Et souffrant lui aussi, mais dont les pleurs s'érodent
Conscient de l'éphémère, embrassant la vie douce


Imprimer la page