lundi 9 octobre 2017

La tête dressée vers l'avenir

Illusions de la vie, noumènes passagers
Froidure de l'hiver qui pointe son long nez
De bonhomme de neige toujours pas érigé
Émotions, souffrances, inquiétudes damnées

Raisonnements faussés, égo accaparant
Muscles et os lassés, tordu par les années
Décisions désaxées, sans aucun fondement
Autre que nos moments passagers surannés

Entrouvrir son esprit, laisser les feuilles mortes
Couler le long de sa rivière calme et douce
Ignorer l'apparence et que son âme exhorte
Son moi profond, la vie partout à la rescousse

Vivre enfin, son passé et son futur unis
Dans le moment présent, et les beaux souvenirs
Recouvrant doucement ses douleurs et ses cris
Tenant la main de ses amis avec plaisir

Plonger dans la mère nature, soir, matin
Accueillir le Soleil, embrasser notre Lune
De tout son être errer dans le vent si mutin
Qui dévoile, splendeur, flore et plage, Neptune

Avancer, pas à pas, sur son chemin de vie
La tête dressée vers l'avenir qui sera
Son esprit libéré, la mort en préavis
Avancer, écrire et aimer, sans Saṃsāra


Imprimer la page