mercredi 11 octobre 2017

Le temps des roses

Le temps des roses est permanent, sans oubli
Qu'elles soient en terre, qu'elles soient dans un vase
Les secondes fondent au Soleil bien en phase
Avec le sang pulsant dans ce corps anobli

Leurs couleurs multiples pour chaque sentiment
S'adaptant aux instants de la vie si humaine
Éveillent des songes d'amitiés, d'hymens
Chaque peau sans couleur, les pleurs en sédiment

Leurs parfums s'emparent des brouillards matinaux
Plus fort que le jasmin, plus doux que les encens
Ils plongent nos esprits dans un lieu innocent
Où nos rêveries font des écarts marginaux

Elle est tout, le corps, la raison et la passion
Mais ne possède aucun égo ni volonté
Elle donne sans frein mais sait se protéger
Épines en rempart quand trop d'exaltation

Elle nait, elle meurt, elle fleurit et fane
Elle conforte les rencontres dans l'instant
Elle prolonge les beaux souvenirs d'antan
Elle émeut les plus durs, les croyants, les profanes

Pour un instant, un très court instant seulement
Elle suspend le froid, la pensée, les douleurs
Elle nourrit l'espace infini qui l'effleure
Elle invite chaque âme à son recueillement


Imprimer la page